Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hulk-du-boxitan.overblog.com

Jamais sans mon chien!

Je connais les chiens, MOI !

Publié le 26 Février 2018 par Philippe Roustant

Dans le monde de l'éducation canine et dans celui de la compétition, on rencontre un nombre ahurissant d'individus qui se vantent de bien connaître les chiens en général au seul motif qu'ils en ont possédé plusieurs.

Cette affirmation vient généralement soutenir une conviction éducative, en soi respectable, mais qui présente trop souvent l'empreinte du sectarisme et de l'exclusion de toute autre forme de pensée ou de fonctionnement.

Une des caractéristiques majeures de ce schéma est l'anthropomorphisme avec la conviction ancrée que, non seulement les chiens sont égaux aux enfants en droits mais qu'il n'existe pas de réelle différence entre les différentes races de chiens qui sont supposées réagir de la même façon et répondre de façon identique à un mode d'éducation spécifique. 

Les gens qui pensent de cette façon sont des farouches défenseurs de la prépondérance de l'acquis sur l'inné. Pour eux ,tout dépend de l"éducation. La notion de caractéristique raciale, au moins pour ce qui concerne le caractère, leur semble suspecte.

Généralement,ils nient l'existence d'un groupe de caractères innés comme l'agressivité intra et inter spécifique, la pugnacité, l'intelligence, l'aptitude à mordre, la tendance à l'opposition...etc...

Pour eux un chien ne peut pas posséder génétiquement,en raison de sa race ou de sa lignée, de telles caractéristiques. Si elles sont présentes ,c'est parce qu'elles ont été façonnées par un certain type d'éducation ou de dressage.

Le but de cet article n'est pas de contester absolument cette façon de voir les choses. Mon propos est plutôt de rappeler les pré requis, d'après moi nécessaires , pour pouvoir se prévaloir d'une réelle connaissance des chiens. 

Il me semble qu'une des bases, c'est effectivement d'en avoir possédé plusieurs, mais quel serait l'intérêt pour accroître vos connaissances qu'ils appartiennent tous au même groupe voire à la même race ? Il y a tellement de différences comportementales entre un lupoïde, un molossoïde, un primitif ou un retriever qu'ils semblent ne pas appartenir à la même espèce!

Le point suivant que j'aimerais aborder concerne l'utilisation : Pensez vous qu'un particulier possédant un husky dans un jardin en sait autant sur lui qu'un musher qui le ferait travailler quotidiennement?

Pensez vous que le propriétaire lambda d'un setter ou d'un retriever connaît aussi bien son animal qu'un chasseur qui en posséderait ?

Pensez vous que les propriétaires de malinois ou de berger allemand issus d'une sélection morphologique puisse intimement connaître les réactions de son animal que des utilisateurs de souches de travail de ses mêmes races?

Imaginez vous qu'un berger n'en sait pas plus que vous sur les borders collie?

Et pour aller plus loin: Peut il exister le même lien , la même connaissance intime entre le propriétaire lambda qui promène son chien en forêt et celui qui lui a patiemment inculqué des apprentissages complexes en s'appuyant sur ses instincts les plus puissants?

Lorsqu'on veut se prévaloir de bien connaître les chiens , il importe à mon sens de se retourner avec humilité sur son parcours et de faire son bilan de compétences de façon la plus sincère possible en se posant les questions clés:

Est ce que je connais plusieurs type raciaux ?Est ce que je peux moduler mon comportement en fonction de ce que je sais des caractéristiques raciales de cet individu?

Est ce que je maîtrise plusieurs méthodes , plusieurs techniques d'éducation? Suis je capable de distinguer leurs avantages et les inconvénients (car elles en ont toutes) afin de choisir la plus adaptée au chien unique que j'ai en face de moi?

Et enfin: Suis je toujours aussi sûr de bien connaître LES chiens ? Ou ne devais je pas plutôt commencer par bien connaître les MIENS?

commentaires

Par ici la bonne soupe!

Publié le 24 Février 2018 par Philippe Roustant

Il semblerait que le moment du repas soit source de questionnement de la part des maîtres de chiens.

Beaucoup craignent, à tort ou à raison, une possible protection de la ressource "nourriture" par le chien et cherchent à toute force à le désensibiliser de toute manifestation d'aggressivité dans ce contexte (grognements, postures d'intimidation, morsures ).

Si nous examinons les différents cas possibles , nous avons deux grandes familles de canidés...

  1. Ceux pour qui la gamelle ne représente pas un enjeu ni avec les autres chiens , ni avec l'humain. Ceux là ne vous menaceront jamais et ne mordront personne tant qu'ils seront nourris suffisamment. Avec de tels chiens, toutes les actions visant à donner puis reprendre, à mettre la main dans la gamelle s'apparente au mieux à des tracasseries inutiles , au pire à une forme de viol psychique. Le chien n'apprend rien dans tout ce manège, si ce n'est que vous êtes plus fort que lui et que vous prenez un malin plaisir à lui voler ce que vous venez de lui donner. Ce que vous pensez gagner en sécurité, vous le perdez en confiance et en relationnel.

  2. Ceux pour qui la nourriture représente une ressource à protéger coûte que coûte, y compris en engageant leur pronostic de survie. C'est un caractère inné , le plus souvent héréditaire, même s'il peut être déclenché ou entretenu par une mauvaise séquence d'apprentiissage. Il m'a été donné de voir des chiots de deux mois qui étaient prêts à jouer leur vie sur la possession de la gamelle face à un autre chien ou à un humain. Avec de tels chiens tout tentative d'apprentissage par l'habituation ou la force tournera à l'épreuve de force. Et quand vous l'aurez finalement "maté",rien ne garantit la persistance de sa soumission avec une autre personne , a fortiori un enfant. J'insiste: Un chien peut très bien pendant des années accepter toutes vos simagrées autour de sa gamelle et mordre violemment le premier enfant qui tentera de vous imiter, fût ce le vôtre!

Mais alors que faire?

Ne pas laisser la gamelle à disposition.

Respecter et faire respecter le repas du chien par tous.

Si votre gamin va embêter le chien pendant qu'il mange, ce n'est pas le chien le problème, c'est vous!

Préparer la gamelle du chien, mettre le chien en laisse, poser la gamelle au sol, lui faire éxécuter deux ou trois ordres simples . Pendant toute cette phase la gamelle est votre propriété.

Donnez l'ordre de libération. A partir de cet instant , c'est SA gamelle.

Chercher et respecter la distance à partir de laquelle le chien ne se fige pas lorsque vous approchez.

Munissez vous de bouts de saucisse ou de toute autre nourriture plus appétente que celle présente dans sa gamelle et jetez les aux alentours de celle ci.

Félicitez le chaque fois qu'il abandonne sa gamelle pour aller chercher un morceau de saucisse. Rejetez lentement plusieurs morceaux en décomposant.

 

Au fil des jours, approchez pas à pas de la gamelle en respectant la tranquilité du chien et le fait qu'il n'arrête pas de manger lorsque vous avancez.

Quand le chien a compris l'exercice, jetez les morceaux directement dans la gamelle qui est maintenant à vos pieds.

Pour finir , donnez l'ordre de manger lorsque la gamelle est entre vos pieds avec très peu de nourriture et supplémentez la en rajoutant des poignées de croquettes lorsque le chien lève la tête vers vous.

Lorsque le chien est désensibilisé et vous voit comme un partenaire positif et non agressif, refaites ce conditionnement avec une autre personne adulte et sous votre contrôle .

Cette méthode marche à 100% avec TOUS les chiens . Elle vise à lui faire comprendre que vous êtes dans la même équipe et que vous êtes toujuors synonyme d'une amélioration de sa condition.

Attention, cette méthode ne marche pas avec les chiens qui refusent de laisser manger les autres chiens dans leur voisinage et qui tentent de leur voler de la nourriture.

Il n'y a qu'une solution possible dans ce dernier cas : Séparer les chiens au moment du repas , d'abord physiquement (pièces différentes) puis sur ordre quand ils sont dans la même pièce .

Vous jouez le rôle d'un arbitre qui attribue un coin différent du ring à chaque boxeur et qui fait respecter la consigne.

Il y a une autre voie possible: Nourrir à la main , en promenade ou au travail , demander des choses simples et les récompenser dans votre main.

C'est la raison pour laquelle aucun compétiteur n'est confronté à un problème sérieux avec la nourriture: il a ancré depuis tout petit dans la tête de son animal deux principes essentiels.

Toute peine mérite salaire.

Il faut gagner ce que l'on vous donne.

 

commentaires