Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
hulk-du-boxitan.overblog.com

Jamais sans mon chien!

Fury et Christelle à l' entraînement...

Publié le 28 Septembre 2013 par Philippe Roustant

j'aime beaucoup ce chien!

commentaires

Bart explique le CE basse intensité.

Publié le 28 Septembre 2013 par Philippe Roustant

Traduction en projet, lol!

commentaires

Battez vous pour y aller et réaliser votre rêve!

Publié le 26 Septembre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Les boxs...et après?

Publié le 26 Septembre 2013 par Philippe Roustant

LES BOXS ...ET APRÈS?
Si l'ensemble de votre travail a été monté avec les boxs, vous aurez certainement à vous poser la question : "Quand et comment dois-je les enlever? "
Pour répondre à cette épineuse question, il faut tout d'abord être certain que vous ne pouvez plus tirer avantage de cet outil.
Récemment, j'ai eu a régler le problème d'un chien qui n'effectuait pas le saut de retour lorsque l'objet de rapport était décalé latéralement. Il a suffi de deux séances pour lui apprendre les boxs qu'il ne connaissait pas et y intégrer le saut. Lors de la séance suivante, j'ai pu progressivement décaler la box d'arrivée latéralement , puis celle de départ. Les deux boxs se sont donc retrouvées face à face (à vue) avec le saut sur le côté. Le chien a été guidé trois fois par gestes de l'une à l'autre en passant par le saut puis a pu le réaliser sans aide. Il venait de comprendre que le mot saute signifie "Cherche le saut et franchis le" et non pas simplement "Fonce chercher l'apportable en passant par dessus ce qui est devant toi!" comme il l'avait toujours cru! En intégrant l'apportable devant la box d'arrivée et en décalant les boxs de façon aléatoire, le résultat s'est encore fiabilisé; le chien s'est mis à raisonner en termes d'objectifs successifs: Trouver le saut; Trouver la box d'arrivée et saisir l'apportable; Calculer son saut de retour; Rejoindre la box par la face avant (sans faire le tour du maître).
Dans toutes les utilisations des boxs, on peut progressivement y substituer un tapis, moins visible mais marquant toujours un lieu de passage obligatoire. Les plus méthodiques les découperont progressivement afin de réduire leur surface et d'évoluer vers le "targeting"(cible) .
On peut également utiliser un piquet que l'on placera au bord de la box de façon à ce que le chien soit obligé de le contourner pour se rendre dans la box. Au moment où on supprimera la box, le chien contournera quand même le piquet si on prend soin de valider ce geste à chaque fois au début.
Mais le plus souvent, si on supprime la box, on ne constate aucun changement: Par exemple à l'aboiement, le chien a mémorisé la distance idéale et s'y maintient seul, sous réserve qu'on ne l'ait pas fait mordre DANS la cache mais sur un boudin jeté au dehors.
De la même manière, pour les positions, le chien a compris qu'il ne devait pas avancer. On peut effectuer la transition avec une box réduite en hauteur, sans face avant. On peut aussi placer une limite visuelle devant (ring) ou sensorielle derrière (obé) et le chien cherchera toujours à adapter sa position pour se replacer vis à vis de ces repères.
De plus, le chien a acquis, au fil des répétitions, une mémoire musculaire étroitement liée à ces repères sensoriels et il cherche à se replacer dans ce contexte connu.
On constate souvent une légère anxiété/incertitude au moment où on supprime les boxs (et pour cette raison je conseille de ne pas le faire en même temps pour tous les exercices): Il connaît ces boîtes depuis son enfance et elles sont devenues des repères sécurisants pour lui.
On le voit très bien lors de l'absence sous diversion: Le chien a beaucoup plus de mal à conserver le même calme vis à vis de l'intensité quand on supprime la box. D'ailleurs, je l'emploie souvent lorsque je désire faire une pause dans mon entraînement pour m'entretenir avec un partenaire.
Le chien récupère tranquillement dans SA box , au calme et sans se disperser.
Ponctuellement, on pourra toujours réintégrer une ou des boxs pour stabiliser une situation et remettre le chien dans une situation connue et non anxiogène.
Et si on n'a jamais utilisé les boxs?
L'expérience montre que même des chiens qui n'ont pas effectué leur apprentissage avec ce système l'intègrent très rapidement et on peut tout à fait imaginer des exercices plus complexes dans le but d'améliorer l'écoute et la concentration et/ou de préparer un automatisme déterminant pour la compréhension d'un exercice.
Des exemples?
-Si je place 4 boxs :nord,sud, est, ouest et que j'y envoie le chien avec un seul commandement couplé à un geste directionnel; je suis en train de lui montrer qu'il doit absolument me regarder pour savoir où aller! Il suffira d'intégrer deux puis quatre boxs supplémentaires pour préparer efficacement le travail des caches..
-Dernièrement ,Fabien, mon élève a mis en place une situation de préparation au directionnel avec la box: il place une box à trois mètres devant lui et deux boxs retournées 5 mètres plus loin et écartées de 5 mètres de part et d'autre de l'axe tracé par sa position et celle de la box. Sur ces deux boxs ; il place une balle. Lorsqu'il envoie le chien à la box (donc face à lui!) il élimine la difficulté de la quille tout en la préparant. Il envoie ensuite chercher la balle de gauche ou celle de droite avant de rappeler le chien et de jouer avec lui. Ensuite, il intègre la quille entre la box axiale et les deux latérales et il récompense chaque phase à tour de rôle. Très efficace pour amener le chien à regarder et écouter plutôt que de le laisser agir par habitude.

commentaires

F'césar et Khalid Bahdi :295 points en RCI 3

Publié le 24 Septembre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

La violence psychologique faite aux chiens

Publié le 21 Septembre 2013 par Philippe Roustant

En notre époque troublée, berceau de toutes les contradictions et où l'anthropomorphisme a force de loi, nous voyons fleurir de toute part des commentaires, des pétitions, des moratoires, des professions de foi visant à modifier certaines méthodes, certaines pratiques voire certaines disciplines de sport canin. J'aimerais ici développer ma vision des choses. Celle d'un utilisateur multi-disciplinaire, amoureux des disciplines de sélection.
La France est historiquement un des trois pays fondateurs du dressage canin à destination d'un programme de défense (avec la Belgique et l'Allemagne). Les différents programmes pratiqués dans ces pays ont rapidement constitué LE critère d'amélioration caractérielle des races qui y sont soumises.
Les Anglais ont développé l'agility, les pays nordiques se sont emparés de l'obédience et les U.S.A ont plébiscité les disciplines sportives et récréatives du type fly ball et fresbee mais toutes ces disciplines demeurent purement sportives et récréatives sans pouvoir participer à une sélection caractérielle. Je mets volontairement à part la discipline "troupeau" qui constitue indéniablement une sélection aboutie et complète mais qui ne concerne qu'un nombre trop limité de races, voire d'individus.
La plupart de ceux qui pratiquent une discipline de saisie n'ont pas à se soucier de la motivation de leur élève; celui ci pourra présenter des dispositions naturelles à des degrés divers mais toujours de manière suffisante pour pouvoir atteindre un niveau correct (au moins dans les lignées de travail).
L'accession vers le haut niveau de ces disciplines est d'une telle difficulté qu'il nécessite la conjonction de plusieurs facteurs (Maître compétent , équipe fiable, club affilié...etc...) et les capacités effectives du chien ne constituent qu'une des clés de la réussite.
Dans les disciplines émergentes, l'importance de la génétique est moindre; Ce qui prévaut ,c'est le savoir faire du dresseur! Ces disciplines ne nécessitant aucune résistance particulière à la pression on peut souvent y réussir avec un chien sensible, voire peureux. L'autre caractéristique des disciplines relevant de la CNEA c'est de pouvoir être pratiquée avec des chiens non inscrits au L.O.F. La conséquence immédiate est un nombre de pratiquants plus élevé, même si elles ne comportent pas plus de compétiteurs chevronnés (à haut niveau).
Fort logiquement les pratiquants des différentes disciplines sont amenés à comparer leurs méthodes voire à s'en inspirer quand celles-ci apparaissent comme plus logiques ou plus efficaces.
Ce phénomène est sain et normal: L'obédience, à ses débuts, s'est largement inspirée du plat de ring, puis de celui de RCI lorsque les notions de joie et de vitesse sont devenues plus importantes. Les différentes disciplines de saisies procèdent ainsi depuis fort longtemps. Les Rcistes ont toujours compris ce qu'ils pouvaient tirer du savoir faire des ringueurs pour monter leurs sauts ou régler leurs cessations.
Ce qui est plus discutable, c'est de dénigrer les méthodes employées par ses voisins, alors même qu'elles respectent en tous points le cadre prévu par le législateur pour ce qui concerne la protection des animaux de compagnie!
Lorsque je vois des ringueurs régler une garde d'objet avec des longes, je n'ai pas la prétention d'aller leur suggérer de le faire avec un clicker! Sans doute y ont ils déjà pensé...Sans doute ont ils buté sur d'insolubles problèmes de sur-motivation liés au costume...Il n'y a qu'eux pour pouvoir le dire et certainement pas un pratiquant d'obé-rythmée ou un agilitiste!
Lorsque je fais respecter la manche à un "client" au moment où il arrive dans la cache pour aboyer, je n'ai pas à envoyer une demande en trois exemplaires à la DSV pour lui mettre une tape sur le museau. Je le fais sans état d'âme...
Dans toute action de dressage, l'important est de respecter trois grands principes:
-On ne doit utiliser que des outils de dressage autorisés.
-Le chien doit sortir totalement indemne physiquement et psychologiquement de la situation.
-Placé dans une situation de choix, le chien doit poursuivre l'activité volontairement et avec envie.

C'est bien là que le bât blesse....
J'observe malheureusement que les donneurs de leçons, prompts à s'enflammer en critiquant les disciplines de saisie sont d'une singulière cécité lorsqu'il s'agit d'observer leur propre chien!
Combien de chiens marchant tristement pendant la M.A.P en obé?
Combien de rapports d'objet inexistants ou exécutés au ralenti?
Combien de chiens avec une motivation inexistante pour le travail?
Combien de chiens avec une pulsion de jeu réduite à néant?
Est il moralement acceptable d'amener sur un terrain de travail un chien qui n'a aucune envie d'être là?
Est-il concevable sur le plan de l'éthique sportive d'obliger un chien à réaliser un exercice alors même qu'il n'a, non seulement aucune envie d'être là, mais également aucune appétence pour la récompense qu'on peut lui promettre en échange?
Est-il compatible avec le bien être animal de proposer à un chien une tâche qu'il est génétiquement (par sélection ou par exception génétique) inapte à accomplir avec plaisir?
Je pense que tous ceux dont le chien ne travaille pas avec plaisir malgré une méthode cohérente et motivante devraient soit changer de discipline soit considérer que leur animal n'est génétiquement pas capable de produire un tel travail ....et que par conséquent, il est déontologiquement nécessaire de le laisser tranquille!
Nous connaissons tous, dans toutes les disciplines, des conducteurs qui s'obstinent à pratiquer et concourir avec des chiens qui n'ont aucune envie de faire ce qu'on les oblige à répéter sans cesse...
C'est, à mon sens, une faute bien plus condamnable que celle qui consiste à cadrer avec une longe ou un collier à pointes un chien qui s'éclate à pratiquer ce pour quoi il a été conçu et sélectionné.
Un peu de respect pour ce qu'on connaît mal me semble nécessaire pour éviter les clichés malveillants....et les insultes évidentes au bien être animal.

commentaires

Un entraînement d'obé comme ils devraient tous être!

Publié le 21 Septembre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Des tricks, oui...mais pas avec un Border!

Publié le 19 Septembre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

La face d'Ekson en RCI1

Publié le 18 Septembre 2013 par Philippe Roustant

La suite de cette belle défense à 98pts

commentaires

Hulk s'amuse au costume de ring

Publié le 17 Septembre 2013 par Philippe Roustant

commentaires
1 2 > >>