Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hulk-du-boxitan.overblog.com

Jamais sans mon chien!

Ce que dit Bart dans "Fast return on the retrieve"

Publié le 17 Octobre 2013 par Philippe Roustant

Le Retour rapide au rapport objet
Dans le temps, le chien partait chercher l'objet à 100 km/h, il voulait mettre fin à une sensation désagréable (NdT: Certains conducteurs faisaient monter la pression au CE ou au collier à pointes), il voulait survivre, mais il revenait à petite vitesse, il essayait de se tenir à l'écart de ce qui était en train de se passer.
Dans le dressage moderne, le chien part à 30 miles/h,  revient à 40 miles/h.
La question est: comment mon chien peut-il améliorer sa situation en revenant très rapidement?
La plupart des dresseurs récompensent le chien quand il est revenu devant, a fait sa remise et qu'il a effectué le retour au pied .
On ne peut obtenir un retour rapide que par des étapes intermédiaires. Si on veut obtenir de la vitesse, il faut procéder par étapes.
Première étape: dès que le chien se retourne, click..le chien laisse tomber l'objet et vient chercher sa récompense.
Deuxième étape: le dresseur attend deux secondes et click...le chien laisse tomber l'objet et vient chercher sa nourriture.
La troisième fois, le chien va anticiper et laisser tomber l'objet tout de suite. Mais là, pas de click, pas de récompense.
Certains dresseurs font une grossière erreur: Quand le chien revient vite, très vite et qu'arrivé près du dresseur, il met les freins , il ralentit, le dresseur lance la balle entre ses jambes. Là, le chien ré-accélère pour attraper la balle.
Que récompense le dresseur dans ce cas? La lenteur. La fois suivante, le chien va revenir à pas feutrés, (comme un chat = cat's walk) et puis il va prendre la balle et aller vite. C'est le chien qui commande le comportement du dresseur, c'est le contraire de ce qui est recherché. C'est la rapidité que l'on doit récompenser: une seconde de rapidité, puis 2 secondes, puis le trajet entier.
Il faut savoir lire son chien et savoir quand il va anticiper et lâcher l'objet sans attendre le click de libération . Dans un tel cas on doit stopper l'action et ne pas récompenser.
Quand le chien fait tout l'exercice très vite et qu'il a effectué tout son parcours rapidement avant de se placer en position de remise, là, il ne faut pas attraper l'objet trop rapidement. On met les mains le long de son corps. On peut poser ses mains de chaque côté de l'objet, mais sans exercer de pression car le chien risque de lâcher l'objet, ou au contraire de le serrer encore plus . On ne dit pas "donne" quand on place ses mains ; le chien doit attendre l'ordre pour ouvrir la gueule et s'éjecter. (NdT: Et il le fait ainsi car il attend sa récompense en échange)
NB: Cette vidéo s'est avérée difficile à traduire en raison des mauvaises conditions d'enregistrement, du vocabulaire particuliers de Bart et du contexte technique. A partir de la traduction de base, je me suis donc livré à une interprétation globale de sa démonstration en tenant compte de ce que je sais de sa façon de procéder. Que les puristes Anglophones nous excusent mais l'esprit est bien là.

commentaires

Bart Bellon : Fast return on the retrieve

Publié le 14 Octobre 2013 par Philippe Roustant

C'est bourré de génie! on a tous fait ce genre de conneries! J'essaie de vous proposer bientôt une traduction

commentaires

Total control with Bart Bellon and Thor

Publié le 14 Octobre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Tack Jonte: Good job!

Publié le 14 Octobre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Vidéo Bart et le CE;Analyse et commentaires

Publié le 11 Octobre 2013 par Philippe Roustant

Au delà de la traduction de cette vidéo où Bart Bellon explique sa vision du chien et du dressage avec l'électricité, j'ai souhaité revenir sur les principes qu'il développe pour essayer d'y voir plus clair:
Lorsque Bart parle des intensités possibles et utilisables avec un CE, ce qui m'a frappé, c'est que je n'avais, comme la plupart des gens, aucune idée de l'intensité du courant développé par un CE aux normes européennes. Je me suis donc procuré un collier moderne et Fabien a apporté un ampèremètre que nous avons branché dessus. Les résultats obtenus pour chacun des douze niveaux est reporté ci dessous en milliampères:
-Niveau 1: 0,6 ma
-Niveau 2: 2,5 ma (soit environ 4,2 fois plus)
-Niveau 3: 3,3 ma (soit 35% en plus)
-Niveau 4: 5,5 ma (soit 68% en plus)
-Niveau 5: 7,5 ma (soit 37% en plus)
-Niveau 6: 11,5 ma (soit 54% en plus)
-Niveau 7: 21,5 ma (soit environ 87% en plus!)
-Niveau 8: 31 ma (soit 42% en plus)
-Niveau 9: 48 ma (soit 55% de plus)
-Niveau 10: 57 ma (soit 20%de plus)
-Niveau 11: 66 ma (soit 16% de plus)
-Niveau 12: 76 ma (soit 12%de plus)
Ce relevé de valeurs amène plusieurs constatations:
Tout d'abord, il est évident que le niveau 1 ne peut être perceptible que si la peau est mouillée. J'ai personnellement essayé différents niveaux et je ne commence à percevoir un chatouillis qu'au niveau 3. Le niveau 4 est identifié comme un choc électrique. Le niveau 5 est clairement désagréable . Le niveau 6 est suffisamment dissuasif pour que je n'explore pas les niveaux suivants!(surtout si l'on considère que le niveau 7 suppose une augmentation de l'intensité de 87%!)
Clairement, les niveaux supérieurs à 6 sont là pour punir fortement un manquement grave et les graduations de 7 à 12 servent à trouver le niveau correspondant à la sensibilité du chien.
Bart explique que le contact digital (donc sans la télécommande) diminue l'intensité de 30 à 50%sur toute la gamme (je vous laisse faire le calcul). Même si le collier est correctement placé (Bart dit qu'idéalement ,il faudrait deux têtes placées en opposition) et que les électrodes sont calculées en fonction du poil du chien, l'épaisseur de la peau du chien comparée à celle des humains fait qu'il ne peut ressentir les choses comme nous.
J'ai essayé de placer les électrodes au dessus d'un vêtement de laine en le plaquant complètement: ça décale la sensibilité des échelons d'un à deux crans vers le haut.
Je n'ai jamais travaillé avec un collier électrique; moralement, je n'y suis pas opposé mais je n'ai jamais eu l'occasion d'apprendre!
Il y a une chose dont j'ai horreur,en dressage comme ailleurs, c'est de faire n'importe quoi...
Ce qui m'a conduit à m'intéresser au travail de Bart Bellon, c'est cette notion de travail en "basse intensité" qui permettait d'aller vers le NE-PO-PO dont Tobias Oleynik a largement démontré l'efficacité par rapport aux autres systèmes d'apprentissages (dont le tout positif, le tout négatif, et le positif associé à une forte sanction).
Dans cette vidéo, Bart fait référence à quelque chose qui m'est cher: La notion de hiérarchie. J'avoue que je suis agréablement conforté dans ma façon de faire lorsque j'entends du meilleur dresseur du monde (et qui, accessoirement, à passé toute sa vie avec le même genre de chien que ceux dont je m'occupe) dire que la démocratie ne peut pas exister dans un monde canin. Il faut accepter d'être un leader à qui on manifeste du respect, faute de quoi on devient un sous fifre manipulable à loisir. Tous ceux qui prônent une place différente pour le chien et la suppression de toute sanction (punition positive) autre qu'une récompense négative occultent tout simplement le type de chien pour lesquels cela n'est pas toujours possible et le type d'activité sportive pratiquée avec eux (particulièrement celles mettant en jeu un instinct fort du chien:proie et défense).
Il est tout à fait possible de pratiquer l'obé-rythmée en usant de méthodes exclusivement positives C'est même recommandé! (Encore que certains se trouvent fort dépourvus lorsque le chien prend une initiative non souhaitable comme celle d'aboyer pour manifester son envie d'accélérer le tempo. Un comportement qu'il est difficile de faire disparaître positivement puisqu'il constitue une auto-récompense!) . En revanche, évoluer à haut niveau dans une discipline de saisie avec des méthodes exclusivement positives reste, à l'heure actuelle, une simple vue de l'esprit.
Il est aussi beaucoup question, dans la vidéo, de motivation par la nourriture (food-drive) . Pour avoir lu ou écouté les plus grands dresseurs, il semble que l'unanimité se fasse sur ce point: On doit monter TOUS les chiens avec de la nourriture, au moins jusqu'à la fin de la dentition adulte.
Avec mon ami Philippe Fuhs , nous pensions que la baisse d'intérêt pour la nourriture vers l'âge de 6/8 mois résultait d'un phénomène d'usure et de lassitude...mais Bart nous apprend qu'il s'agit plutôt d'une cause psychologique et organique : à cet âge un chiot est programmé pour se tourner vers la chasse et la recherche de proies à tuer et non plus vers le fait de quémander sa nourriture auprès d'un adulte! À nous d'utiliser cette pulsion de proie grandissante pour l'orienter vers le jeu dirigé avec un substitut de notre choix.
On notera que Bart considère comme un pré-requis au jeu de balle que le chien ne s'élance après elle qu'après en avoir reçu l'ordre. Il recommande de faire cet apprentissage en longe et de tenir le chien couché tant qu'il n'est pas libéré. En y réfléchissant, on voit là les premiers indices d'une recherche de compression, comme lorsqu'il place de la nourriture appétante sous un seau et qu'il demande au chien de se calmer avant de l'autoriser à bousculer le seau.
J'ai constaté avec plaisir que Bart plaçait à part le dressage des chiens de RCI car, dit il, ils doivent être fiers, obéissants et heureux. À cet égard, il semble penser que l'utilisation de la basse intensité s'adresse tout particulièrement à eux en raison de ces critères. La recherche de la situation de confort (donc l'absence de stimulation électrique de basse intensité) constitue pour le chien une récompense qui peut (qui doit) être suivie d'une récompense supérieure (substitut de proie);
Négatif-Positif-Positif!

commentaires

du frisbee qui peut vous donner plein d'idées de tricks

Publié le 10 Octobre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

De l'obé en fauteuil: Très intéressant!

Publié le 10 Octobre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Fabien montre à Lucky qu'il doit privilégier l'ordre

Publié le 6 Octobre 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Bart et le Ce ; part 3: The end.

Publié le 6 Octobre 2013 par Philippe Roustant

La motivation "jeu"
Le chien commence à regarder à droite, à gauche. la motivation jeu (motivation chasse) commence à être dominante.
Le chien peut "chasser un lapin vivant", c'est à dire aller chercher la balle qu'on lui a lancée ou "rapporter un lapin mort", c'est à dire qu'il doit attendre un ordre pour aller chercher la balle. C'est ce qu'on demandera au chien dans les événements majeurs. le chien doit fixer la balle et ne partir la chercher que sur ordre.
Pour cet exercice, le chien sera tenu en laisse, avec une laisse longue: on attend 1,2,3,4, secondes et ensuite il doit partir sur ordre.
Le dressage avec la stimulation électrique.
1) Arrêter le chien. Il ne vient pas, il est attiré par une chose ou une autre, et cela le détourne de ce que le maître lui demande. C'est , la plupart du temps, la raison pour laquelle le chien n'obéit pas. Stimulation. Il doit revenir. Il se pourrait qu'il ait l'envie de s'enfuir pour éviter la stimulation. C'est pour cela qu'il faut utiliser la laisse. On tire, et on relâche. Le chien pense que son chef de meute est très puissant, qu'il a les bras très longs pour l'arrêter à distance...
2) Dresser un chien pour l'IPO . Le chien doit être très fier, il doit conjuguer le style et l'obéissance. Il doit être à la fois dominant, obéissant et heureux. Une sorte de paradoxe. La plupart du temps, ce que le chien paraît être, il l'est effectivement. On renforce l'ordre avec une impulsion la plus faible possible. le chien réagit très vite. Un ordre, une impulsion. Le chien a une double récompense: l'arrêt de la stimulation électrique, et il obtient de la nourriture en récompense. Le chien vit une alternance: stimulation électrique (inconfort), et plaisir.
Ensuite, quand le chien est parfait, on abandonne la nourriture, la balle, et la stimulation électrique, sauf s'il fait une erreur, auquel cas il reçoit une correction. (2ème niveau de stimulation ). Le chien ne se plaindra pas, il corrigera immédiatement l'attitude.
Cette technique est utilisée seulement par les professionnels.
3)-Dresser par l'évitement (de la stimulation)
On utilise la stimulation et la laisse ensemble. Les ordres: assis, debout, couché, sont accompagnés d'une stimulation faible. Quand le chien commence à comprendre, il souhaite avoir sa récompense plus vite, la stimulation se fait plus brève, une fraction de seconde. Si on veut que le chien ait du style, on accompagne l'arrêt de la stimulation par de la nourriture.
C'est un programme de six mois, cela ne se fait pas en un jour. Ensuite on n'a plus besoins de stimulation, mais on peut de temps en temps faire une correction en cas de besoin.
4)-Eduquer par l'aversion, la répulsion.
On exerce une stimulation assez élevée pour que le chien cesse d'avoir un comportement inapproprié. La stimulation s'arrête quand le comportement non souhaité par le maître s'arrête. Il n'y a pas de commande verbale.

commentaires

Traduction de la vidéo de Bart ;part 2: l'enfance.

Publié le 4 Octobre 2013 par Philippe Roustant

La nature du chien
Depuis que Bart voyage autour du monde, il s'est rendu compte que, si les gens ont des problèmes avec les chiens qu'ils veulent dresser ou avec lesquels ils vivent, c'est qu'ils se trompent sur la nature du chien. Pour avoir une relation satisfaisante , une communication facile  avec le chien, ils doivent comprendre que le chien n'est pas un être humain. le chien est un animal de meute. Il a besoin d'un chef, d'un seul chef. Il n'a pas de problème avec cela. Il ne peut pas vivre en démocratie. Il deviendrait immédiatement un dictateur.
Le chef est la personne qu'il faut regarder. Si le chien regarde le maître avec son arrière-train, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Le chien doit avoir le regard porté vers son maître.
Stimulation et récompense
Les dresseurs de chiens de la vieille génération travaillent avec une laisse (avec un collier "en lasso"). Ils entraînent le chien avec "je tire","je relâche", et donc "stimulation","récompense". Le chien n'apprend que par la récompense.
Le chien n'a qu'un but: améliorer sa situation. Il a deux manières de le faire:
1) accroître les choses agréables
2) faire disparaître des choses déplaisantes
Si on stimule le chien de façon continue, il cherche à éviter cette stimulation (desserrer la boucle de la laisse par exemple en se rapprochant, en inclinant le cou).
Il ne faut pas stimuler de façon continue: la stimulation doit être suivie d'une récompense.
La raison pour laquelle le chien ne répond pas à la stimulation  est l'une des suivantes:
1) Tu n'es pas mon chef
2) je ne te comprends pas
3) Je l'ai déjà fait 150 fois.
4) J'ai une douleur, une blessure
5) J'ai peur
Avec une stimulation continue, vous obtenez l'inverse du résultat recherché. les muscles du chien se crispent et l'ordre n'est pas exécuté.
Le chien a besoin de la récompense pour apprendre.
Quand le chien ne réagit pas à la situation, le dresseur a deux secondes pour comprendre ce qui ne va pas. Il fut un temps où ce temps était de 5 secondes, au temps où l'animateur était à l'Université. Maintenant, si on comprend en 2 secondes, on est bon, si on comprend en une seconde on est meilleur, si on comprend en 1/10 de seconde on est parmi les meilleurs dresseurs.
Il fut un temps où Bart se levait le matin, allait voir son chien qui avait gagné des concours des années plus tôt, et le flattait: "le bon chien qui a si bien travaillé en 2001". le chien ne peut pas comprendre cette récompense.
Un autre exemple, avec récompense négative. Si le maître se lève le matin au premier étage, reste pieds nus, descend l'escalier et patauge  dans une flaque, soit parce qu'il y a eu une fuite, soit que le chien a pissé, la mauvaise réaction est de crier sur le chien, même si c'est lui le responsable. Il ne peut pas faire le lien avec ce qu'il a fait dans la nuit. Tout ce qu'il comprend, c'est que le maître est en colère contre lui et il a envie de sauter par la fenêtre. Il faut intervenir au moment même où le chien fait pipi (dans la maison), et donner une récompense négative avec la stimulation électrique. Si on se contente de parler, le chien comprendra qu'il ne faut pas faire pipi quand le maître dit: "Non", rien de plus.
L'éducation du jeune chien. la motivation "nourriture"
Bart utilise la nourriture comme motivation pour l'éducation du jeune chien. Le chien a faim, un chiot a besoin de manger pour survivre, et c'est cette motivation que l'on va utiliser. Le dresseur a de la nourriture dans ses poches. Il donne un morceau à droite, un morceau à gauche, un morceau à droite, un morceau à gauche et ainsi de suite. Puis il s'arrête, les mains dans les poches. Le chien est frustré, il regarde le dresseur dans les yeux. Le dresseur recommence à donner des morceaux, à gauche , à droite...etc. Il peut aussi donner la nourriture entre les jambes. Ce  que le chien comprend, c'est  qu'en regardant le maître, il l'oblige à lui donner de la nourriture.
Bien entendu, il ne faut pas récompenser,  par de la nourriture, un seul comportement. S'il en était ainsi, le chien deviendrait un monstre psychopathe, il deviendrait le dominant, il aboierait contre son maître, il tirerait le maître par la manche.
Après le regard vers le maître, on peut récompenser l'action de "venir", puis "stop", "assis", "couché", "ne bouge pas", puis "va chercher", "va à ta place",  puis "attaque";
Bart dit qu'il  a eu un problème avec ses chiens. Il n'arrivait pas à les faire aboyer. C'était sa femme qui leur donnait à manger, et il s'est aperçu qu'elle attendait qu'ils soient assis , sages, immobiles, pour les récompenser avec leur repas. Il devenait difficile d'obtenir un autre comportement pour avoir la nourriture, et en particulier de faire aboyer les chiens. On peut obtenir que le chien aboie: "wouah, wouah" pour avoir sa nourriture. Bart dit qu'il a mis dix ans à comprendre le problème.
Avec cette méthode,  le jeune chien apprend très rapidement.
Le food-drive: la motivation  nourriture (suite)
Dès le début, quand l'animateur dresse le chien pour qu'il le regarde dans les yeux, il accompagne son comportement d'un signal spécifique qui est un "clicker". Pour l'animateur, ce clicker est "Ya", puis "Ya, hum", puis "Hum", puis "Mm" très bas. Plus personne n'entend ce "Hm", mais le chien l'entend, même en concours.
L'éducation du jeune chien se fait ainsi avec la nourriture qui est un aimant et cet aimant attire le chien à droite , à gauche, au milieu des jambes.
La nourriture n'est pas assez utilisée dans le dressage des chiens.
Comment obtenir qu'un chien soit explosif?
L'animateur met de la nourriture dans une gamelle, et il la cache avec un seau retourné. Le chien a tendance à être actif, c'est-à-dire à essayer de renverser le seau. Il faut l'arrêter et attendre qu'il soit assis immobile pour lui donner la nourriture.
Si l'on agit ainsi 5 fois, la sixième fois, le chien reste assis , immobile, et on l'a préparé à être un chien explosif. Il montre du respect.
De la même façon, si l'animateur a de la nourriture dans sa main à une certaine hauteur, le chien dynamique et fort cherche à taper contre la main pour qu'elle s'ouvre. Au moment où il s'arrête de taper et où il reste à quelques centimètres de la main sans taper, il obtient la nourriture. Il a montré du respect.
Au contraire , si on a un chien plutôt calme qui trottine  tranquillement derrière son maître, il a besoin d'aide, il manque de confiance; on le poussera un peu plus pour qu'il essaie d'attraper la nourriture.
On ne récompense donc pas toujours le même comportement. On récompense l'aboiement, le non-aboiement, le mouvement,  l'immobilité, selon les cas.
Mais le chiot doit faire quelque chose pour obtenir la nourriture. La nourriture n'est pas donnée pour rien. Le chiot n'est pas à l'hôtel. La nourriture est une récompense.
Quand le tout jeune chiot tète sa mère, s'il est trop brutal, pan pan pan, il comprend tout de suite qu'il doit changer de comportement. Il doit cette fois encore montrer du respect.
On n'utilise pas l'aimant "nourriture" à longueur de journée. Cinq minutes par jour suffisent. Le jeune chien ne peut pas se concentrer longtemps.
L'animateur aime travailler avec la nourriture.
Puis une nouvelle dentition apparaît. Le chien fait moins attention à la nourriture.

commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>