Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hulk-du-boxitan.overblog.com

Jamais sans mon chien!

Héra ; Quille et carré stoppé.

Publié le 9 Juin 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Echange objet contre balle.

Publié le 9 Juin 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Rapport d'objet attaché...

Publié le 9 Juin 2013 par Philippe Roustant

l'objet métallique est attaché par une ficelle que le chien doit briser...

commentaires

Un vrai pas de course!

Publié le 9 Juin 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Le rapport d'objet sans prédation

Publié le 7 Juin 2013 par Philippe Roustant

Il existe un tas de techniques différentes pour monter le rapport d'objet sans prédation (puisque nous savons, comme je l'ai montré, dans l'article "la problématique du rapport d'objet" que la prédation génère une possessivité qui aboutit très souvent à une angoisse de remise.)
On peut tout à fait utiliser le clicker exclusivement et monter ce rapport en "shaping" (par petites étapes successives, cliquées et récompensées ). Il n'y a pas de mâchonnage (dans un premier temps) et c'est net et précis. L'inconvénient majeur est qu'il est très difficile d'introduire une vitesse satisfaisante pour l'IPO. En obédience , ce système a fait ses preuves....et montré ses limites. Celles-ci sont au nombre de deux essentiellement:
-On est totalement tributaire de l'état mental du chien (appétence, stress, peur, distraction,...etc...)
Bien sûr, ce sont toujours des facteurs limitants en concours mais la méthode ne montre pas au chien comment s'affranchir de ces difficultés. La vitesse en pâtit très souvent.
-Si le chien en vient à préférer le rapport à la récompense promise (en d'autres termes, si la prédation prend le dessus sur un conditionnement trop "ouvert") , on se retrouve au même point: Comment valider l'échange en proposant une récompense inférieure aux yeux du chien à cette proie si amusante?
Une autre des méthodes utilisées couramment dans d'autres disciplines et avec des chiens plus forts mentalement est le rapport forcé. On parle de rapport forcé lorsque des longes sont utilisées pour guider, accélérer et contrôler le chien. Cette techniques est parfois mixée avec un poil de prédation.
Je l'ai souvent vu pratiquer mais je ne la maîtrise pas et donc ne l'utilise pas.
Une autre technique, plus ancienne et très employée dans le ring consiste à dégoûter littéralement le chien de l'objet en le maintenant à la limite de l'interdit. Pour comprendre cette façon de faire, il faut connaître la nervosité doublée d'une formidable prédation des malinois issus de lignées françaises.
Un dresseur habile peut interdire à un tel chien de toucher à cet objet 99 fois sur 100 et le laisser transgresser cet interdit exceptionnellement pour un résultat évident: Le chien va lentement à l'objet, le ramasse du bout des dents et revient avec tant de précautions qu'il ne pense guère à mâchonner! Là encore, on cherche à réduire la prédation au maximum!
Cependant, de toutes les techniques que j'ai pu approcher et connaître, une seule m'a parue suffisamment cohérente pour satisfaire aux exigences du rapport idéal : vif, rapide, pugnace,stable, fiable et précis!
J'ai nommé la méthode inventée et développée par Knut Fuchs (le monsieur que vous voyez en vidéo avec Orcan).
Je l'ai apprise avec lui, au cours d'un stage, et ne me suis pas autorisé à en parler tant que je ne l'ai pas eu vue, entendue et démontrée ailleurs, en vidéo ou par écrit. Et bien sûr, tant que moi même je ne la maîtrisais pas suffisamment!
Voyons quelles en sont les principes:
-On ne commence pas le rapport avant que le caractère du chien soit stabilisé dans son instinct de proie et dans sa relation au maître. Il est plus sage qu'il ait été sensibilisé à la notion de "devoir" et qu'il ait déjà fonctionné avec la notion de "confort/inconfort". Concrètement, ça veut dire pas avant la fin de la première année du chien.
-Le chien doit être à l'aise avec le fait d'être attaché et contrôlé par l'arrière et par l'avant.
-Même s'il y a peu de rapport entre cet apprentissage et la relation, il est possible et dans certains cas souhaitable (quand cette relation est en construction) que ce débourrage soit réalisé par une tierce personne compétente. Cette façon de faire, pour étrange qu'elle paraisse, est très répandue en Allemagne ou les dresseurs n'hésitent pas à se spécialiser dans telle ou telle partie du programme en mutualisant leurs compétences.
-Dans un programme où les rapports d'objets cumulent 40 points sur 100 . Il est sage de prévoir environ 40 jours pour obtenir un résultat performant.
-On peut mixer cette technique avec le clicker sans inconvénient et également avec la notion de confort/inconfort . La différence essentielle avec le shaping est qu'on guide le chien vers la réponse motrice.
Voyons maintenant comment procéder concrètement et quelles sont les étapes à respecter:
1) DISPOSITIF: Attacher le chien par l'arrière à un point fixe avec un collier confortable
(dit:collier d'attache)
et le tenir en longe vers l'avant avec le collier de travail habituel du chien.
Lui apprendre à se déplacer en bout de longe et à réaliser le assis face à vous en le récompensant.
Cette étape est déterminante: Le chien doit prendre l'habitude d'être retenu derrière et guidé
devant au moment où il s’assoit en face de vous. Quand le chien est à l'aise avec ça, le maître
peut s'asseoir sur une chaise et lui faire réaliser la même chose.
2) MISE EN PLACE: Une fois le chien à l'aise avec le maître assis en face de lui, on peut lui enlever la longe avant et le tenir au collier pour le faire venir gentiment en face de vous. Toute cette phase, aussi douce et calme qu'elle soit ,doit déjà comporter un caractère d'obligation. Le chien doit se positionner rapidement et se calmer à la demande.
3) OBJET: Il est temps de lui présenter l'objet et de lui montrer que le simple fait de le regarder peut être récompensé. Tout au long de cette phase statique assise, on alternera le fait de porter et le fait de juste fixer du regard en récompensant les deux actions.
Le chien peut spontanément ouvrir la gueule ou pas; S'il le fait , on passe directement à l'étape suivante. S'il ne le fait pas, on va gentiment tirer sur le collier qu'on tient en main par petites tractions successives non douloureuses mais inconfortables. Dès que le chien ouvre légèrement la gueule, les tractions cessent et le chien retrouve sa zone de confort avant que l'objet soit repris et l'action récompensée. (Négatif- Positif- Positif)
Pendant toute cette phase, c'est toujours la même main qui gèrera le collier du chien et l'autre main qui touchera l'objet ( pour le présenter ou pour le reprendre) et la récompense.
Un autre point important est de respecter le codage suivant: La main qui présente l'objet et qui le reprend ne le fait pas du même côté : Si elle le présente en le tenant sur son côté droit, elle devra passer au dessus du museau du chien pour le reprendre côté gauche.
Knut insiste également sur le fait que la récompense ne soit pas visible (et surtout pas au contact de l'objet) pendant l'action. Le clicker respecte aussi ces principes et, si on l'utilise ici, permettra de minimiser l'impact négatif qu'aurait un délai trop important avant l'attribution de la récompense.
Progressivement, on va allonger les phases de tenue, jusqu'à environ 10 secondes. Pas plus car nous allons aussi lui apprendre autre chose.
4) SERRAGE: C'est là qu'apparaît la plus grand différence avec le shaping construit au clicker;
Nous allons expliquer à notre élève qu'il doit serrer fortement cet objet qu'il vient de prendre en gueule; Très fortement!
Pour cet apprentissage, Knut a conçu (et commercialise chez "SportHund") un apportable spécifique dont la partie "mordante" n'est pas ronde mais plate et épaisse d'un centimètre environ. Sur les faces avant et arrière de cette partie, on trouve deux baguettes de téflon qui ont un toucher très différent du bois (moins agréable) et qui dissuadent le chien de le faire tourner.
On va donc demander la prise de l'objet et, de la même main, on va très légèrement faire pivoter l'objet d'un 8ème de tour. Comme la surface de prise est plate, cela va avoir pour conséquence d'écarter très légèrement la mâchoire du chien. Là encore, deux hypothèses:
Soit le chien referme la gueule par réflexe et on le félicite..., soit il demeure sans réaction et on va reprendre l'introduction du confort/ inconfort en mettant son pouce (celui de la main qui tient le collier) sous sa mâchoire et en exerçant une pression répétée du pouce qui va l'inciter à serrer. Dès que ce système est compris, on peut aussi, comme je le fais, coder le chien en cognant doucement son chanfrein avec la jointure du majeur (apprentissage réalisé avec la balle avant d'essayer de l'arracher: "toc,toc!..tu serres, hein?). Le chien doit comprendre qu'il ne suffit pas de tenir, il doit littéralement le serrer aussi fort qu'il le peut entre ses mâchoires!
5) PRESENTATION: Quand tout cela est bien compris, on peut alors se mettre debout et, comme le chien connaît déja le "devant" , il se sentira tout de suite à l'aise pour présenter son objet. En position debout , on refera tout le cursus de "porte!" /"donne!" et on le confortera dans l'idée de serrer fort en tentant des rotations de l'objet en le tenant à une main.
Si on veut travailler en Obédience, c'est le moment de repasser le chien sur le côté (même si nous avons constaté de nombreuses fois que la transition pouvait tout aussi bien s'effectuer à la fin de cette phase de montage.)
6) APPORTER: Notre sujet sait donc se saisir vivement d'un objet de rapport, le serrer fermement et le présenter correctement. On sait déja que la remise ne posera aucune difficulté puisque nous avons pris soin d'éviter que le chien aime cet objet. Néanmoins, j'insiste sur le fait que la remise doit se faire avec le chien qui s'éjecte en arrière plutôt que de se contenter d'ouvrir la gueule (les ringueurs, habitués d'une telle cessation, me comprendront facilement). Cette façon de faire va se développer si on prend soin de ne pas bouger la main qui tient l'objet (ni pour tirer, ni pour pousser) et qu'on tend l'autre main vers la récompense.
Il s'agit maintenant pour le chien d'apprendre à saisir l'objet(mais pas encore ramasser) ailleurs que devant lui dans la main du maître. On peut utiliser un assistant légèrement décalé ou un présentoir. Les premières fois, il sera peut être nécessaire de le guider dans la bonne direction avec la main qui tient le collier. Bientôt on pourra utiliser une chaise décalée de 90° par rapport à votre position. Le chien va la regarder à l'ordre (on le retrouve) puis s'en saisir rapidement à l'ordre et se repositionner pour le présenter.
7) RAMASSER: Notre élève est maintenant prêt pour ramasser cet objet à une certaine distance. Ce peut être une bonne idée de conserver la chaise et également de remettre la longe au collier (puisque le chien sait qu'il doit serrer fort) afin de contrôler ses mouvements et d'éviter tout déplacement parasite. L'objet sera posé de plus en plus loin, mais toujours sur le rayon de la longe d'attache. Progressivement, il peut être amené au sol mais il n'y a pas d'urgence car la chaise ou un table basse permettent au chien de bien comprendre qu'on ne fait jamais le tour de l'objet avant de le ramener. Il ne nous reste plus qu'à varier les longueurs en prenant soin, pendant encore longtemps, de ne pas lancer l'objet.
8) LANCER: Lorsque pour la première fois vous lancerez l'objet , vous ne vous occuperez que de l'inhibition de mouvement du chien pendant cette phase et vous ne l'enverrez surtout pas. Il est donc cohérent de n'aller chercher que des objets posés et de rester de marbre devant les objets lancés. C'est d'ailleurs un bon test pour savoir si votre élève ne réinvestit pas trop de proie sur cette situation.
Lorsque vous commencerez à commander le rapport d'objets lancés, il est très important de garder le chien attaché et sous contrôle (un petit enrouleur fera parfaitement l'affaire).

Voilà à peu près comment se décompose le rapport d'objet pour le maître Knut Fuchs qui a toujours perdu très peu de points sur cet exercice quelque soit le chien qu'il présentait en concours.
Maintenant que vous savez grosso modo comment vous y prendre, je vous recommande vivement de ne pas essayer seuls sans avoir vu quelqu'un de compétent le réaliser devant vous (ce que j'ai fait moi même) car le diable est toujours dans les détails . Ce qui peut paraître simple à lire devient rapidement complexe en fonction des réactions différentes de chaque chien et il est important de bien adapter son comportement et d'avoir des gestes précis et répétitifs qui permettront au chien de bien comprendre les différentes étapes. Calme et concentration doivent présider à la mise en œuvre ...mais n'est ce pas le cas de tous les exercices?

commentaires

Wusv 2012.

Publié le 7 Juin 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Hulk mate un petit bâtard mauvais comme une teigne!

Publié le 6 Juin 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Lucky et le mordant

Publié le 6 Juin 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Lucky ; MAP et groupe

Publié le 6 Juin 2013 par Philippe Roustant

commentaires

Un blog super bien foutu

Publié le 5 Juin 2013 par Philippe Roustant

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>