Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hulk-du-boxitan.overblog.com

Jamais sans mon chien!

exemples de pistes de remédiation

Publié le 5 Novembre 2012 par Philippe Roustant

voyons maintenant quels genres de pistes nous pouvons proposer à un adulte déjà formé en fonction de ses particularités; j'ai ciblé 4 gros travers assez répandus:
-le chien trop rapide qu'on va ralentir avec beaucoup d'objets , beaucoup d'angles et une distribution ciblée de la bouffe : jamais avant l'angle ou l'objet
-le chien imprécis qui navigue sur le tracé sans vraiment démontrer les pas et qui fonctionne avec le nez pas assez au sol. les arrondis sont intéressants pour l'obliger à se concentrer. les objets et leurs suites sont récompensés. points de repères ou labour fin indispensables!
-le chien menteur ,qu'on va obliger à retrouver sans cesse un tracé artificiellement interrompu par des pas de géant. ici c'est le milieu des lignes droites qui sera récompensé et on travaillera pratiquement sans objets (déconcentration) . le but final est privilégié.
vous avez demandé le service "je perds ma piste et je dois m'accrocher pour la retrouver"?
la piste "spécial menteur" est faite pour vous!

la piste "spécial menteur", le régal de tous les chiens truqueurs!
avec elle , plus de chipoteurs, de faux tracteurs ou d'emberlificoteurs
elle oblige votre compagnon à faire face sans discutions à ses obligations!
la piste "spécial menteurs" ; la piste des meilleurs!

-le chien anticipateur ; celui qui se base sur les effluves et le vent; celui qui lève le nez et coupe les angles ;celui qui tourne systématiquement à 90°; qui tourne tout seul quand la configuration du champ lui paraît être ainsi. on peut monter les aigus sur les talus ou sur les champs adjacents ,ce sera encore mieux!

http://img263.imageshack.us/img263/5558/pistes007.jpg

commentaires

suite des croquis en pas à pas après les chambres

Publié le 5 Novembre 2012 par Philippe Roustant

suite des croquis en pas à pas après les chambres
commentaires

croquis de premiers tracés en pas à pas. vers l'absence de bouffe.

Publié le 5 Novembre 2012 par Philippe Roustant

les pas avec croquettes en rouge et sans croquettes en noir.

les pas avec croquettes en rouge et sans croquettes en noir.

commentaires

les chambres de pistage: 4 croquis

Publié le 5 Novembre 2012 par Philippe Roustant

exemples de premières chambres pour bébés (roses pour les filles, bleues pour les garçons!)

exemples de premières chambres pour bébés (roses pour les filles, bleues pour les garçons!)

commentaires

le pas à pas (2) : dépose de bouffe.

Publié le 5 Novembre 2012 par Philippe Roustant

Un chien ne piste pas pour rien (et personne ne travaille pour rien) .
il doit donc associer le fait de pister au fait d'être nourri.
la différence avec ce qui se passe dans la nature, c'est qu'il n'est pas nourri au bout de l'action (cas où il retrouve une proie) mais PENDANT l'action.
je passe rapidement sur l'argument débile de certains qui me disent "moi, je veux pas d'un chien qui cherche sa bouffe par terre plutôt que la piste!"
auxquels je réponds invariablement: "mon chien piste parce que je lui dit et pas parce qu'il compte trouver sa gamelle ,sa balle ou son boudin au bout du tracé!"
en RU par exemple, personne ne trouve qu'il est idiot à l'entraînement que la personne retrouvée détienne la gamelle ou le jouet.
aucun chien de recherche, de drogue ,d'avalanche , de décombres ne bosse pour rien: ils attendent le jouet au bout de l'action.
étant donné le type particulier de pistage que j'exerce, il me paraît impératif que la récompense soit contenue DANS l'action et non à la FIN de l'action. car ce n'est pas tant le résultat qui m'importe que la manière dont il est obtenu. Chacun à Givry a pu se rendre compte que Volt ne perdait rien en précision quand il n'y avait pas de bouffe au sol et pourtant, il n'a appris que ça!

concernant le type de nourriture: je recherche des croquettes de petit diamètre qui ne sentent presque pas . l'idéal étant que ce soit également les croquettes habituelles de mon chien.
lorsqu'un chien a une panne de motivation , il me paraît plus opportun de le déclencher par sevrage sans modifier l'appétence de la matière utilisée.
il sera toujours temps ,après, d'utiliser des maxi récompenses sous forme de Jackpots (voire de Jackpots enterrés) ou de récompense à l'objet.
dans tous les cas , le premier objectif est d'avoir une nourriture très peu odorante (donc pas des frolics!) . certaines croquettes puent vraiment au contraire de la viande bouillie plusieurs fois et congelée qui ne sent presque rien.
toute généralité souffrant une exception , beaucoup de conducteurs (et des bons) obtiennent d'excellents résultats avec du cervelas, que même moi je pourrais retrouver à l'odeur (sans parler de la couleur).

si dans le système des chambres, la pose de croquette ne correspond pas exactement à chaque empreinte , dès qu'on va vers le pas à pas , c'est obligatoirement le cas.
je pose une croquette dans chaque pas de 2 à 6 ou 7 mois , quelque soit le tracé.
j'en profite pour travailler toutes sortes de changements de direction
- simple écarté du pied dans la direction visée
- point pivot des deux pieds
- croisement des pieds
- petits pas de fourmi
- pieds trainés
- un grand pas

puis je commence à introduire dans chaque bout droit des séries de trois à six pas sans croquettes , loin des objets et des angles.
pourquoi ce chiffre là?
parce que je ne veux pas que le chien pense qu'il en a sauté une ou deux par hasard (il serait d'ailleurs surpris que vous ne l'ayez pas repris!). je veux qu'il se pose de vraies questions et je veux qu'il aille de l'avant voir ce qu'il en est plus loin
rappelons que, jusque ici , je ne l'ai jamais encouragé à se porter vers l'avant, n'ayant que faire d'un petit tracteur!
j'en profite pour dire combien je trouve contre productif de ne garnir qu'une partie latérale des empreintes (tous les pieds Gauches par ex, ou tous les Droits) . ça ne peut que conduire le chien à se focaliser sur le tracé sans s'occuper de démontrer les empreintes .

dès que cette étape est comprise je vais augmenter le nombre de pas (de 6 à 12) en systématisant les pas vides dans chaque bout droit , un peu avant les angles et les objets, un peu après. mais je continue de remettre des croquettes juste avant ou juste après les objets et tout le long des angles jusque vers 10 mois.
je pense qu'il est utile de varier la pose des croquettes, sous la pointe ou le talon . selon les terrains ,je choisis de marcher avant ou après la pose de croquette pour qu'elle soit idéalement enfoncée dans le sol mais pas trop .sur le dur je pose la croquette et je remarche dessus;sur le mou, je pose derrière.
à cet effet, j'utilise un tuyau de PVC de 30 ou 40mm de diamètre qui me permet de déposer la bouffe sans me baisser à l'endroit exact ou je le veux et quelque soit le vent de travers.
petit à petit ,je vais supprimer les trois croquettes de l'angle : celle avant, celle du milieu et celle d'après et je vais encourager mon élève à retrouver la bouffe (donc à passer l'angle)
c'est une des premières fois où je vais le laisser dépasser et se perdre à plus d'un mètre.
je ne l'aide pas mais je vais vivement l'encourager quand il va retrouver sa première croquette.
de mon point de vue, toute bouffe posée doit l'être à un endroit précis, d'une façon précise et dans un but précis.
et donc ,toute morceau déposé doit être contrôlé et mangé sans aucune exception!
et donc je vais empêcher le chien de continuer s'il saute une croquette de 20 cm

j'ai choppé ce tic en pistant avec Nicolas Leroy ,qui possédait Phalk de Valsory (grand pisteur)

il disait:
"je me suis cassé le c.. à trouver cette viande. je me suis ruiné à l'acheter. j'ai perdu un temps fou à la cuire plusieurs fois. elle encombre mon congélateur toute l'année. j'ai dû penser à la sortir pour la dégeler ce matin. j'ai réfléchi pour la poser à des endroits précis.et je me suis tué le dos à chaque morceau...
ALORS MAINTENANT, TU LA TROUVES ET TU LA MANGES!"
par la suite, je continue à augmenter mon nombre de pas sans croquettes mais je vais virer à l'aléatoire (ou pseudo aléatoire) d'une part et de l'autre je garderai le nombre maxi de 12 pas sans croquettes .
un façon intéressante de procéder est d'utiliser le rythme suivant qui a l'avantage d'être facilement mémorisé par les débutants (comme moi!) car faussement aléatoire:
3 pas avec bouffe, 3 pas sans, 6 avec 6 sans ,9 avec 9 sans ,12 avec 12 sans , 9 avec 9 sans, 6 avec 6 sans, 3 avec 3 sans....et on recommence...

ça ,c'est pour les bouts droits , mais dans le même temps, je vais arrêter les croquettes 5 pas avant l'angle et 5 pas après (quitte à les marquer un peu au début) . de cette façon, je vais modéliser la séquence "je trouve l'angle et je serai récompensé " mais la bouffe est trop loin pour être capté par le nez directement et il faut suivre les pas.
avant les objets ,je ne mets plus rien non plus car l'objet en soi est une récompense et j'ai déjà dit comme je n'aimais pas mélanger les deux odeurs .après avoir ramassé l'objet avec la main droite , je mettrai à l'insu du chien une croquette dans la première empreinte avec la main gauche.
tout ceci afin qu'arrivé à l'objet, le chien ne détecte aucune nourriture qui pourrait l'inciter à sauter l'objet.
dans les interdits, je dirais qu'on ne doit jamais poser UN seul morceau mais au minimum une série de trois.
de cette façon on ré initialisera à chaque fois la démonstration des empreintes G,D,G

quand le chien est fait sur toutes ces techniques (et donc qu'il est prêt à aller en concours)
je ne mets plus de la bouffe qu'au piquet de départ ou ,une fois sur deux, sur les trois premiers pas et après les objets (en commençant un deux pas après) et les angles (entre 5 et 15 pas après selon l'angle). il m'arrive aussi de récompenser un changement de terrain en cours de piste de cette manière pour obtenir un chien qui "traverse" volontiers tout ce qu'il trouve plutôt que de commencer à chercher l'angle 20m avant sous prétexte qu'on approche d'un talus.
si j'ai la chance d'avoir un copain d'entraînement fiable , je lui fait poser des pistes toujours plus simples que les miennes et surtout mieux garnies en bouffe!
de cette façon, le chien se dit toujours :"ah! un étranger= piste facile et bouffe!"

commentaires

la genèse du pistage (Spencer, livre I , chapitre v )

Publié le 5 Novembre 2012 par Philippe Roustant

Histoire de la genèse:
au premier jour du pistage, Dieu créa les chambres pour débuter son chien ,et il vit que cela était bon.
Le deuxième jour,il vit que le chien ,ainsi, savait discriminer le foulé du non foulé .
et il entreprit de lui faire suivre ses traces pas à pas et il vit que le chien restituait son conditionnement en cherchant sa nourriture là où Dieu l'avait déposé , c'est à dire dans chaque empreinte de foulé (et Dieu s'efforçait alors d'agrandir ses pas et de les séparer latéralement pour montrer au chien que cela était toujours ainsi)

Le troisième jour ,Dieu commença à marcher en ondulant comme le serpent pour mieux tenter le chien . et le chien vit cela mais il continua à suivre les pas de Dieu comme si de rien n'était car la foi l'animait.

Le quatrième jour, Dieu changea brutalement de direction pour voir si ses ouailles sauraient le retrouver . il essaya à droite et à Gauche et toujours le chien suivait les pas de son seigneur et maître. Alors Dieu essaya de tenter le chien et de le perdre en faisant mine d'aller à droite avec ses pieds pour finalement aller à gauche . mais le chien fidèle ne se laissait pas abuser et toujours il suivait la voie de Dieu, sans s'écarter du droit chemin.

Le cinquième jour , Dieu décida d'éprouver son fidèle ami et il fit disparaître deux ou trois de ses empreintes à l'endroit même où il avait changé de direction. quand le chien se vit perdu , il se tourna vers son seigneur en guettant un signe mais Dieu fit la sourde oreille et dit "aide toi et le ciel t'aidera!". alors le chien reprit courage et s'aventura au delà des ténèbres pour retrouver la lumière et il y parvint à la grande joie de Dieu qui lui dit: "bienheureux ceux qui n'abdiquent jamais car le royaume des pistes sans fin leur appartient!"
Le sixième jour , le démon (car c'était lui!) souffla à l'oreille du chien "tu n'as pas besoin de suivre cette piste exactement! il te suffit de faire semblant de la suivre et ton maître te récompensera tout autant!" mais le chien savait qu'on ne trompe pas plus l'oeil d'un vrai maître que le nez d'un chien et il s'appliqua encore plus quand c'était difficile. et il apprit ainsi qu'on ne sait jamais si un angle tourne à 60° , à 90° ou à 150° car les voies du seigneur sont impénétrables et que le royaume des labours fins lui appartient!
dès lors cela devint plus facile de suivre la voie de la vertu et Dieu se félicita des progrès de son élève!

Le septième jour , Dieu se sentit fatigué d'avoir créé les pistes et il décida d'aller plutôt jouer à la balle avec son chien, ce qui contenta grandement celui ci!
Pisteurs, allez en paix!
Amen

commentaires

le marquage des objets

Publié le 3 Novembre 2012 par Philippe Roustant

l'apprentissage du marquage:
au bout de la piste ,quad il trouve une petite quantité de croquettes ,je commence à poser un objet et je le fais coucher devant pour manger ses croquettes.
il ne tarde pas à considérer que la vue d'un objet équivaut à l'ordre de se coucher . dès lors, je peux multiplier les objets sur sa piste , pour lui montrer que ce n'est qu'une fin provisoire et que le travail continue. à chaque objet (découvert sous mon contrôle et impossible à manquer) je vais donner une récompense en échange de l'objet (façon Gérard Majax: l'objet disparaît dans ma main droite et la bouffe apparaît dans ma main gauche)
mais le travail du marquage, je vais l'apprendre comme un jeu :
d'abord par la vue
après une piste , sur laquelle il a marqué ses 4 objets comme d'habitude (car je veux qu'il associe les deux choses)
je jette un objet devant le chien (toujours en longe) et je le laisse filer pour voir ce que c'est, mais alors qu'il va le toucher du nez, je dis "terre! ton objet" et quand il est couché je le félicite et je récompense. on fait ça trois ou quatre fois et le chien commence à me regarder pour guetter le lancer d'objet. dès qu'il se couche spontanément devant , je sais qu'il a compris la notion d'échange..
"quand je me couche sur ordre ,je suis récompensé. et si je me couche devant un objet sans ordre, je le suis aussi ! l'objet équivaut à un ordre de se coucher..."

quand ça c'est en place , il est temps de s'occuper du flair. je commence à jeter mon objet dans un tas d'herbes hautes et je laisse le chien chercher (et comment faire sans son nez?). à cet instant ,je travaille presque la relation à l'objet comme en PF et je le récompense dès qu'il se couche à peu près devant l'objet sans m'occuper de la distance réelle (car il ne peut pas vraiment le voir) ni de sa position réelle (car il n'y va pas forcément en ligne droite).

il est temps maintenant de mettre tout ça dans l'axe, à travers une ligne droite profonde et un objet tous les 5 à 7 mètres, à vue. je contrôle à la longe et je l'accélère (ton objet! ton objet!) ou je le freine (doucement!) selon qu'il se précipite ou pas dessus.
je ne règle à ce moment que la distance et je cherche dans l'idéal à avoir le bout des pattes devant l'objet à +ou- 10 cm.
quand c'est bon, il est temps d'aller dans l'herbe haute et de poser des objets sans faire de plateau.
dans cette phase, je ne mets pas de bouffe par terre car je veux que le chien se focalise sur l'idée : si je trouve l'objet , j'ai le jackpot!
en d'autres termes, je finalise les concepts de mission et d'échange.

bon! mon chien a compris qu'il est important de ne pas sauter d'objets et il sait se servir de sa vue et de son flair pour les trouver.

il est temps de lui apprendre à les respecter, n'est ce pas?
car sinon, il se peut qu'un jour ,il oublie d'en marquer un...
s'il veut qu'on reste copains, il a besoin de ne pas s'y amuser!
rappelons qu'il est plus facile de ne pas oublier d'objet quand on est exactement sur le tracé CQFD!
la règle c'est donc qu'il est impossible de passer l'objet sans encourir de sanction
mais il arrive que de bonne foi (déventé, par ex) un chien saute de quelques mètres un objet vicieux (exacte couleur du sol, petite taille , légèrement posé , matériau déroutant, faiblement marqué en odeur)
dans ce cas je gueule "ton objet!" et je ne bouge plus!
le chien doit prendre sur lui de reculer (et non pas de faire demi tour) pour retrouver son objet .
s'il se bloque ou se tétanise, je le fait reculer à la voix ...
et je ne récompense pas cet objet!
j'ai placé ces objets et je sais où ils sont .
si le chien en passe un ,c'est grave! il passe sous mon contrôle (exactement comme à un angle) et doit "expier" sa faute!
je le fais reculer à la voix jusque avant l'objet ,puis je lui dis "ton objet!" et il se place pour marquer.
aux angles , de la même façon , il y a des angles où je le laisse chercher et des angles où il ne peut pas dépasser d'un mètre sans se faire reprendre. mais c'est mon choix , pas le sien!
ce phénomène de "reculé" m'a déjà sauvé la mise en concours:
le chien va un peu vite avec le vent dans le dos, dépasse un objet d'un mètre, se ravise et recule pour marquer correctement.
commentaire du juge: "dans la mesure où l'objet n'est pas totalement dépassé par le corps du chien et que celui ci ne le touche pas avant de le marquer correctement , je n'applique qu'une pénalité minime de relecture!" (0,5 pt)

bon, le chien marque correctement ses objets dans le sens où il est axé et à une distance raisonnable de ceux ci .
il doit maintenant apprendre à les respecter !
je ne commence pas cette étape avant un an ,car elle est assez désagréable pour le chien et j'ai besoin de m'adresser à un individu mature psychologiquement et suffisamment conscient que l'objet apporte plus d'avantages que d'inconvénients.

En dehors de toute piste (et de tout contexte de piste) ,je place un objet et j'envoie le chien le marquer, en longe mais sans harnais (important).
si je me lance dans cette phase, ça suppose que le chien a un beau couché en sphinx ,stable et solide .
à l'aide d'un piquet ou d'une tige en fer la moins ressemblante possible à un piquet de pistage) , je pousse doucement l'objet entre les pattes avants du chien , dans la position exacte où je souhaite le voir marquer et je le félicite chaudement . puis je pousse doucement l'objet vers une de ses pattes et je lui dis "attention, ta patte!".
s'il est intelligent, il va écarter sa patte de l'objet et sera récompensé .
dans le cas contraire , bobo papatte avec le piquet! (deux solutions: un coup sec ou plusieurs petits chocs en jouant sur la notion de confort/inconfort ) et retour à la situation récompensée.
pour le museau idem (mais on a vu à Givry les limites du système sur Volt!)
on peut aussi utiliser des objets garnis de pointes ou de punaises
quand il a compris ça, je pousse l'objet vers son poitrail et je procède de la même façon "attention ton objet, recule!"

commentaires

les chambres de pistage

Publié le 3 Novembre 2012 par Philippe Roustant

voilà comment je procède:
on va vers une zone herbeuse non foulée en faisant des pas de géant. on pose un piquet et on foule un cercle de deux mètres de diamètre que l'on tapisse de croquettes.
ensuite , on en sort avec un saut et on va chercher le chiot dans ses bras. on saute dans le cercle et on le pose au sol tenu par une laisse de deux mètres.
et on le laisse travailler! pas d'ordre, pas de guidage, rien!
il va se rendre compte de façon très simple qu'il n'y a à bouffer que là où l'herbe est foulée!
si il sort , on le laisse sortir. au pire ,il est retenu par la longe de deux mètres sans tirer dessus.
quand il revient vers le foulé, on dit juste: "c'est bien! cherche!"
même le pire des excités est obligé de se calmer et de comprendre que ce qui importe , c'est LA RECHERCHE DU FOULé!!!!

quand le chiot commence à ratisser son rond d'herbe foulée bien correctement et ne sort plus de la zone foulée (parce qu'il a compris qu'elle seule contient des croquettes!)
on modifie peu à peu la forme de la chambre pour lui donner une forme de trapèze , puis carrément une forme de triangle ; le piquet étant alors planté à l'un des angle et non plus au milieu.
Mon propre chiot était capable de rester 25 minutes concentré pour ratisser la zone.
quand on "pose" la chambre, il est désormais possible de la prolonger par une petite ligne droite (après le piquet) qui est largement parsemée de croquettes.
on pose le chiot dans la chambre et on dit "cherche" . on prendra soin de se tenir devant le piquet, obstruant ainsi l'accès à la ligne droite. on attendra pour se décaler que le chiot ait convenablement "nettoyé" toute la chambre. dès lors on va ouvrir insensiblement la porte vers le piquet et la ligne et le chiot va continuer tranquillement et sans être guidé ou contraint à chercher les croquettes sur le foulé, et donc exclusivement sur la ligne.
il est inutile de mettre un tas de croquettes à la fin de la ligne: cela génère une précipitation du chiot et un manque d'intensité du travail dès qu'il a identifié le procédé (donc au bout de 3 fois environ).
il faut laisser le chiot faire ses propres expériences (boucles, sorties...etc...) car il est en train d'apprendre seul les bases de "la recherche du foulé".
1) il n'y a que sur le foulé qu'il y a à manger
2) il n'y a rien de plus au bout: la récompense est dans l'action
3) inutile de me presser, j'aurai tout!
4) si je vais trop vite devant, il me faudra revenir: perte de temps et d'efficacité!
5) personne ne me frustre, ne me tient ni ne me gène.
voilà, le petit Loulou est maintenant prêt pour l'étape suivante: le pas à pas , qui est la suite directe."

commentaires

pistage (5)

Publié le 2 Novembre 2012 par Philippe Roustant

Ce travail de la fausse exige avant toute chose de savoir précisément qui a tracé quoi , où et à quel moment!

-soit la piste est froide (ancienne) et la fausse est chaude (récente)

-soit le terrain est chargé (effluves froides) et la piste est plus chaude en comparaison

-soit la piste et la fausse sont aussi froides l'une que l'autre (cas de deux traceurs ayant croisé leurs pistes)

-soit la piste se croise elle même

dans tous les cas le chien va être amené à discriminer:

-le sens de la piste en déterminant que telle empreinte a été posée à l'instant "T" et la suivante à l'instant "T+1" ce qui lui permet d'en trouver le sens. Tous les chiens le font instinctivement quand on les amène perpendiculairement à un tracé; arrivés à la piste, il la suivent dans le bon sens.

-les 5% (au minimum) de molécules odorantes propres au traceur et qui rendent son tracé de référence unique. c'est ce qu'il fait lorsque deux traceurs croisent leurs pas au même moment.

-le degré de chaleur comparée de deux tracés qui se croisent, ce qui fait qu'on peut tracer sa propre fausse sans que le chien se trompe: il va privilégier le tracé qui n'a pas de rupture temporelle même lorsqu'il va croiser une fausse identique en molécules odorantes.

bien sûr celà suppose d'avoir un chien qui piste déjà correctement , avec une pugnacité suffisante et un sens du devoir qui puisse l'amener à considérer qu'il est mandaté pour remplir une mission: aller au bout du tracé.

si une ou plusieurs étapes décrites plus haut ne sont pas correctement maîtrisées (suivre une odeur, démontrer les empreintes, se retrouver quand on se perd...) il va être difficile d'aborder la fausse; on risque de faire douter le chien.

et il va de soi que le chien qui privilégie le bon tracé doit s'en trouver immédiatement récompensé!

-soit par la découverte d'un objet (confirmation, récompense, point d'ancrage)

-soit par l'apparition soudaine d'une quantité de nourriture placée après la difficulté...

toute peine mérite salaire ....c'est vrai ici comme ailleurs....

commentaires

pistage (4)

Publié le 2 Novembre 2012 par Philippe Roustant

et quatre autres, plus complexes, exigeant des prises de décision franches du chien.

et quatre autres, plus complexes, exigeant des prises de décision franches du chien.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 > >>